3
APR

Un nouvel album de Michael Jackson  le 13 Mai ? Bien sûr.

Si les voix du music (on veut écouter tout ce que Michael n’a pu publier) business (on veut faire fructifier cette mine d’or) sont évidentes, celles du marketing-buzz se montrent parfois impénétrables : nous, européens, avons pu écouter la chose avant les Etats-Unis. Après la PS4 sortie en dernier au Japon, je pense que Sony s’est découvert une âme de joyeux troll. Retour à notre sujet, ces 8 morceaux inédits (dont je n’ai pas le droit de vous révéler les noms).

Update : ah, ça sort… Devinez de quel morceau il s’agit ?

Pour placer le niveau de cette critique, je me considère comme un fan de base, c’est à dire décroissant avec le temps : “Thriller” / “Off The Wall” / “Bad”, puis “Dangerous” / “HIStory”, puis le néant.
Autant vous dire que je me suis rendu à l’écoute avec peu d’appréhension, tant j’ai lâché l’affaire musicalement depuis 20 ans maintenant (#coupdevieux)

A noter que Sony Music et Sony Mobile ont flairé la synergie, en offrant l’album aux futurs clients de ses mobiles et tablettes, plus un 9e titre (qui aura certainement fuité sur la toile une semaine avant) que nous n’avons pu écouter. Allez go, je ressors mes notes griffonnées fiévreusement et je rend tout cela lisible :

…………………………

1. Autant tuer le suspense : ça commence fort. L’album se lance ici sur une power track totalement calibrée pour squatter votre été. De la grosse Disco Funk bien efficace, qui rappelle “Rock With You” dans l’esprit groove galactique. Un triple burger fait d’une tranche de violons, d’un steak saignant de basses, de claviers, d’un supplément violons et d’une voix Michael qui semble avoir 20 ans. Hanches qui balancent, coucher de Soleil, nostalgie facile-et-alors… Bref, le “Get Lucky” de cet album.

2. On retrouve ici la patte de Timbaland, avec ces rythmiques sèches et syncopées, pour un titre qui penche plus sur la période 90′s. On y croise le style et les gimmicks vocaux de Michael, qui alterne des couplets entonnés agressivement et des refrains en forme de nappes sonores, mais la chanson tarde à nous prendre. C’est un des syndromes propres à l’artiste : on aime parce que c’est du Michael, on rejette parce que c’est objectivement hors du coup.

3. Vrombissement de synthés sur rythme minimalistes pour un titre encore assez chaud et nostalgique, mais au final bien générique. Une sorte de “Liberian Girl” ménopausée. Next.

4. Des fans de “Leave Me Alone” dans la salle ? Celle-ci est pour vous. Du son emblématique des claviers et basses à l’arrière goût de Stevie Wonder, on ne se cache même pas dans cette resucée “contemporisée” (“contemporized“, c’est le terme utilisé pour cet album). Le niveau de l’album remonte.

5. Après une intro robot/punk/synthé, il y a un petit malaise : la chanson nous offre un festival de “Hee Heeeee” caractéristiques du King, mais légèrement modifiées. On dirait qu’une version très perfectionnée de Siri aurait imité Michael. ADN remix ou foirage, le débat reste ouvert.
Je sens un des moments forts de l’album, si l’on en juge par la richesse de la production, je ressens un des moments moyens de l’album, si l’on en juge aussi par la production : A force de faire pleuvoir des arrangements, des sous-accords et des riffs de guitares filtrés, le propos de la chanson (la prostitution des mineurs) se retrouve complètement enseveli. On dirait une photo de guerre trop photoshopée.

6. L’une des chansons leakées il y a quelques temps (je ne peux pas donner son nom, #JFGI). Bonne surprise ici, le morceau flirtant délicatement avec des sonorités du Moyen-Orient et des violons (encore) (mais les violons, c’est la vie) et des sons très robotiques (encore) (mais c’est dispensable, ça).
Le tout se montre très tonique, notamment sur la partie vocale de Michael, qui décidément, ne sera jamais flemmard de ce côté là. Une ex-fan de Michael, assise à côté de moi m’a confié que ce mix était bien plus pertinent que celui ayant fuité sur Internet il y a quelques, beaucoup plus électro (là, je vous ai vraiment donné tous les indices possibles).

7. Une intro très cinéma ? Une intro très cinéma. Le reste se montre pourtant assez frais : les parties vocales suivent des rythmes atypiques, on descend d’une bonne octave les choeurs de Michael et on reconnaît que le dossier “sons 2009-2013 à poser quelque part” de Timbaland a largement été ouvert. Genre, le petit tambouret de singe à  contre-rythme.
La chanson se révèle très plaisante à écouter, avec son petit moment “Earth Song” et sa très belle outro tout en cuivres.

8. On termine avec la chanson éponyme de l’album. Et cela tombe bien, c’est certainement le morceau le plus complet, le plus “Michael” au bon sens du terme. Couplets en dent de scie, refrains en couteau à beurre : le combo 2 hits de MJ, fonctionne à merveille. Le tout soutenu par une mélodie puissante et plaisante, cette chanson sera certainement un terreau fertile pour tous les danseurs de youtube et les remixeurs de SoundCloud.

…………………………

Au final, que nous reste te-t-il en tête, après 40 (petites) minutes d’écoute ? Un sentiment plutôt agréable. Au delà de la démarche et du procédé qui me laissera toujours un peu amer, Xscape se pose comme un bon “petit” album de MJ. C’est à dire bien meilleur que “Michael” ou “Invincible”. Un signe plutôt rassurant, sachant que ce projet d’albums post mortem s’annonce loin d’être terminé, vu la montagne de maquettes qui dorment encore au chaud.

Xscape ne sera certainement pas un évènement musical, mais sûrement un bon moment musical pour les amateurs du Roi et ça, c’est déjà bien.

(mais cet artwork, quelle beauté !)

10 commentaires sur ce post

  1. 01 Jp 4.04.2014 à 14:18

    Est-ce que tu les as présenté dans l’ordre de présentation que Sony à fait, est-ce l’ordre dans lequel elles seront dans l’album?

    Ca semble bien construit comme set-list, effet sandwich garanti, du bon pain (1 et 8) aux extrémités, l’intéressant au milieu (5-6) et la “salade” entre…

  2. 02 Lâm 4.04.2014 à 14:26

    Je ne sais pas si ce sera déf, que ce soit l’ordre ou même les prods.
    D’accord avec toi sur la structure.

    Dans un monde idéal, les héritiers de MJ laisseraient toutes les archives brutes en libre de droit, ce serait la folie :)

  3. 03 Hugo 14.04.2014 à 17:03

    Xscape c’est un vieux morceaux déjà (plus ou moins de l’époque de HIStory) bien connus de la plupart des fans (en tout cas, je l’ai entendu y a un moment).

    J’ai plus ou moins hâte d’écouter l’album pour voir s’il y a des morceaux que je ne connais pas, même si à mon avis je ne l’achèterai pas. J’suis p’tet à côté de la plaque, mais si MJ était encore vivant et qu’il sortait cet album je l’aurais acheté par palette, mais là ça a plus un goût de “business” plus que de “music”.

    La plupart des fans pensent comme moi, on nous l’a tué pour du pognon, on ne leur donnera pas un centime de plus.

    P.S. Dans un monde idéal, les héritiers de MJ laisseraient toutes les archives brutes en libre de droit : La messe est dite !

  4. 04 Alexandra 21.04.2014 à 19:32

    Bonjour, Merci pour les infos sur cet album. Je suis du même avis que le commentaire précédent. Fan de MJ je serai curieuse de l’écouter mais pas intéressée pour l’acheter. Ça pue le business et restons – en aux tubes mythiques de Michael…

  5. 05 benjamin 24.04.2014 à 12:58

    Ta critique est intéressante. Par contre comment peux-tu dire que Michael Jackson est musicalement “HS” pour l’album History de 1995 ???

  6. 06 Lâm 24.04.2014 à 13:23

    J’ai dit cela où ?

  7. 07 benjamin 24.04.2014 à 13:43

    A-tu modifié ton article dernièrement ? Car j’ai lu l’article au tout début et j’ai vu que tu parlais d’une décroissance de qualité d’album.. “off the wall” “thriller” le meilleur
    Puis “Dangerous” et ensuite rien… Mais je viens de re-lire le début de ton article et tu considère maintenant History (j’ai peut être halluciné, désolé ;) )
    Concernant Invincible je suis assez d’accord. Mais il faut aussi prendre en compte le contexte d’époque (multiples conflits avec Motola, enchainement de revers financier et de contrats foireux pour MJ…) Comme le dis si bien Jean-Marie Horvat (ingénieur du son de MJ) “le meilleur de ce qui a été produit pendant les cessions de l’album Invincible ne figure pas sur l’album”
    La politique de l’album “Michae”l a été désastreuse… Quand des gestionnaires totalement isolé de la réalité musicale de MJ fonctionnent à la manière d’un financier ça donne ça: 3 titres chantés par Jason Malachi, des inédits pris sans aucune logique et produits d’une manière indigne…

    Pour conclure sur une note d’espoir voici une liste (non exhaustive) des inédits laissés par MJ, de quoi sortir de nouvelles compil pour nos arrière petits enfants…
    http://mjuniverse.free.fr/titres_inedits.html

  8. 08 Lâm 24.04.2014 à 15:43

    Yep, tout cela nous laisse partagés : une chanson de MJ reste quelques d’intéressant et de singulier, mais la logique derrière donne envie de ne pas suivre.

    Sur les albums, je me suis peut-être mal exprimé : je pense que Michael a eu ces périodes :

    Thriller / Off The Wall / Bad
    Dangerous / HIStory
    Le reste.

  9. 09 mj62 14.05.2014 à 9:27

    jadore super genial moi fan depuis 18 ans (sa passe) et le je dit ouiiiiiiiiiiii sa fait du bien d ecouter du michael du nouveaux sons mieux que invincible moi je dit jadoreeeeeeeeeeee

  10. 10 Abjer 16.05.2014 à 11:19

    “Loving You” est mon titre préféré de l’album La voix de MJ est très fraiche, le remix est top.
    Ok, c’est une sorte de “love you, chala laaa, tout est beauuu” (Peut être faut-il être amoureux pour l’apprécier ?) En tout cas je ne suis pas du tout d’accord pour dire que c’est “Une sorte de Liberian Girl ménopausée”
    Bonne critique en tout cas ;)

» show all «

Laisser un commentaire