archives

Ça parle clairement de Actu

Face à la violence sans nom,

La liberté a un prénom :

CHARLIE.

C’est la petite phrase synthèse qui m’est venue à l’esprit, avant de rester dans ma tête ces derniers jours, de tout ce qu’il s’est passé. Je me disais que s’il devait rester quelque chose de tout cela, ce serait ceci.

Mais plus j’y repense et plus je suis submergé par les anecdotes, les leçons et les symboles qui ont émergé de ces derniers jours à la fois dramatiques et merveilleux, avant de les déborder.

Dessin : Romain Dutreix, pour Fluide Glacial

Lire le reste de cet article »

C’est l’effroyable choc depuis ce matin et le massacre à la rédaction de Charlie Hebdo.

Et une collègue de mon bureau, pas franchement haineuse ou raciste de réagir, “c’est encore des arabes, c’est ça ?“. Même types de dérapages avec certains amis, certains membres de ma famille.

La voilà, la vraie onde de choc de cette tuerie. Les raccourcis. La peur. Les syllogismes, les amalgames. Je les sens et les combats de plus en plus, lovés dans les peurs et le racisme du quotidien.

Lire le reste de cet article »

Les progrès sont toujours plus marrant lorsqu’ils matérialisent des fantasmes d’enfance. Parce que l’on repense à ces innombrables livres de science fiction et ces films d’anticipation qui ont fait brûler notre imagination. Et qu’on les découvre réalisés. Aujourd’hui. En vrai.

Lire le reste de cet article »

Tenez, c’est ma grand-mère, en train d’écrire son nom, pour renouveler son passeport.

My grandmother, handwriting

A video posted by Lâm HUA (@lam.hua) on

Cette vidéo me touche particulièrement, vu que j’apprends que la Finlande va abandonner les cours écriture manuelle pour les enfants, leur enseignant désormais l’écriture via clavier. Lisez ce très bon article du JDG.

Lire le reste de cet article »

Karma politique

19 Sep 2014 à 17:03 1 commentaire

L’argument principal de Hollande dans sa campagne présidentielle 2012,
c’était le bilan du mandat Sarkozy 2007.

L’argument principal de Sarkozy dans sa campagne présidentielle 2017,
ce sera le bilan du mandat Hollande 2012.

La politique est une bête unique et merveilleuse : son métabolisme, qui se régénère en s’auto-ingérant, en devient auto-suffisant. Paradoxe, syllogisme, karma, respect franchement.

Poom poom hier, le net est en émoi. Un indice :

Un autre ?

Beh oui, Jen, tu es nue, partout.

Lire le reste de cet article »

De retour du Brésil, où nous avons passé 10 jours fous à matter du foot. Plein de foot. Partout.
Du coup, comme je testais un appareil 360 (le Ricoh Theta, dont je vous reparlerai sur Lense), j’en ai profité pour immortaliser les endroits, du boui boui au stade, en passant par la plage et les taxis.

Cliquez pour naviguer dans l’image !

Petit 360 degré de la plage Futuro, où les fans français ont mis la misère aux fans suisses ! #theta360 – Spherical Image – RICOH THETA


Croco Beach, pour France – Suisse. Fans Suisse que nous avons passablement énervés avec notre joie.

Lire le reste de cet article »

Cela fait 3 jours que je voyage au Brésil, pour suivre la Coupe du Monde de football, dans les bars, les stades, les plages.

Après le fantastique Portugal – Etats-Unis, nous étions assis sur un banc sur la place en contrebas du centre culturel de Fortaleza, en train de siroter les Caipinhas de Cletinhos (les meilleures selon mon ami Boussic’), je mangeais mon bol de viandes grillées et riz aux haricots rouges.
Entre le gros bar-club du coin et notre grande place publique pleine de stands de nourritures et de boissons, un petit terrain de football urbain délabré : buts incrustés dans le grillage, sol en béton. Trois petits brésiliens l’occupent : deux jumeaux gringalets se défient le droit de tirer sur leur ami gardant les buts.

Lire le reste de cet article »

On parle (vraiment) beaucoup (beaucoup) du fameux selfie d’Ellen de Generes aux Oscars 2014.

Mais on se rappelle peu que l’animatrice avait déjà fait le coup 7 ans auparavant (en 2007), pour la même cérémonie des Oscars.

Le souvenir me titillait et j’ai finalement retrouvé le passage sur Buzzfeed. C’est troublant d’analogie, point par point :

- 2014 ? 2007.
- Selfie ? Portrait.
- Twitter ? Myspace.
- Smartphone ? Compact.
- Le bras de Bradley? La direction de Steven.
- Viralité ? VIRALITÉ.

C’est évidemment le dernier point qui marque la grande différence entre les deux shoots : quand le portrait de 2007 relevait d’un petit gag parmi d’autres, le selfie de 2014 cristallise tout l’enjeu sociologique (rester moderne), médiatique (battre un record d’audience sur LE média benchmark du moment) et marketing (Samsung, sponsor du monde entier depuis 3 ans, 17 millions de dollars pour les Oscars, 3 millions pour les fondations caritatives d’Ellen) de notre époque.

C’est fou comme à 7 ans d’intervalle, le contexte socio-culturel change une même action.

Pensez à RT mon post, j’aimerai bien battre un record mondial sponsorisé.

Et parce que ça faisait longtemps.
Des bisous !