archives

Ça parle clairement de Actu

De retour du Brésil, où nous avons passé 10 jours fous à matter du foot. Plein de foot. Partout.
Du coup, comme je testais un appareil 360 (le Ricoh Theta, dont je vous reparlerai sur Lense), j’en ai profité pour immortaliser les endroits, du boui boui au stade, en passant par la plage et les taxis.

Cliquez pour naviguer dans l’image !

Petit 360 degré de la plage Futuro, où les fans français ont mis la misère aux fans suisses ! #theta360 – Spherical Image – RICOH THETA


Croco Beach, pour France – Suisse. Fans Suisse que nous avons passablement énervés avec notre joie.

Lire le reste de cet article »

Cela fait 3 jours que je voyage au Brésil, pour suivre la Coupe du Monde de football, dans les bars, les stades, les plages.

Après le fantastique Portugal – Etats-Unis, nous étions assis sur un banc sur la place en contrebas du centre culturel de Fortaleza, en train de siroter les Caipinhas de Cletinhos (les meilleures selon mon ami Boussic’), je mangeais mon bol de viandes grillées et riz aux haricots rouges.
Entre le gros bar-club du coin et notre grande place publique pleine de stands de nourritures et de boissons, un petit terrain de football urbain délabré : buts incrustés dans le grillage, sol en béton. Trois petits brésiliens l’occupent : deux jumeaux gringalets se défient le droit de tirer sur leur ami gardant les buts.

Il ne faut pas 5 minutes pour comprendre qu’ils sont très forts (c’est mon instant scoot de jeunes talents à importer en Europe). Je les regarde jouer ensemble et enchaîner les tricks. Puis, les supporters américains arrivent depuis la Fan Zone. Certains, encore échaudés du nul concédé in extremis contre le Portugal 30 minutes plus tôt, veulent tâter du ballon.

Ils jouent avec les enfants, avant de jouer contre eux, en découvrant qu’ils sont de petits prodiges. Non seulement ces futurs Neymar en devenir jouent extrêmement bien et placent dribbles, crochets, débordements et tirs mais physiquement, ils n’hésitent à aller au contact de gaillards faisant bien deux à trois fois leur poids.

Respectueux, les américains jouent aussi très sérieusement et les phases d’attaque / défense se transforment en un vrai match.

Je suis hypnotisé par le spectacle et rameute mes compagnons de voyage, pour assister à la rencontre. Très vite, d’autres américains et un chilien se joignent à la partie, ainsi qu’une new yorkaise, sans doute membre d’un club de foot. Ca joue très vite, très engagé, très spectaculaire.

Personne ne fait de cadeau, quelque soit les profils des joueurs (enfants, adultes, hommes, femmes). Tu entres dans l’arène pieds nus et tu pars pour 10 minutes d’attaque / défense le couteau entre les dents.

Alléchés, mes amis Franck, Haron, Farid et Seb, footeux de longue date (pas comme l’handicapé des pieds que je suis) prennent la gagne avec un brésilien portant le maillot de Cristiano Ronaldo.

Le match contre les américains (dont un joueur avec pieds et mains incomplets particulièrement retors) ayant sorti les jumeaux brésilien s’avère tendu, mais les français (et leur recrue brésilienne) l’emportent 2-1.

Sur le bord du terrain, ça s’est largement rameuté depuis et des équipes de fans étrangers comme de jeunes locaux font la queue pour prendre la gagne, premier à 3 buts ou plus haut score au bout de 10 minutes.

Je sers de pseudo orga et surtout de chrono. Toujours plus de monde, toujours autant d’engagement, pas mal de filles footeuses. Le tout avec une bienveillance tacite de chacun envers les autres.

Mes amis perdent leur second match contre de jeunes locaux très physiques. Ils quittent le terrain en nage (et peu en sang), mais heureux d’avoir vécu ça. Les deux petits jumeaux surdoués demandent en brésilien quand est-ce qu’ils peuvent prendre la gagne.

De mon côté et de mon point de vue, j’ai l’impression d’avoir assisté à une longue publicité pour Nike ou Adidas, mais je préfère penser que les pubs Nike ou Adidas s’inspirent de beau morceaux de réalité comme celui-ci.

C’était juste un soir, dans un quartier populaire de Fortaleza. Demain, nous partons pour Rio, la capitale mondiale du football et du football de rue.

On parle (vraiment) beaucoup (beaucoup) du fameux selfie d’Ellen de Generes aux Oscars 2014.

Mais on se rappelle peu que l’animatrice avait déjà fait le coup 7 ans auparavant (en 2007), pour la même cérémonie des Oscars.

Le souvenir me titillait et j’ai finalement retrouvé le passage sur Buzzfeed. C’est troublant d’analogie, point par point :

- 2014 ? 2007.
- Selfie ? Portrait.
- Twitter ? Myspace.
- Smartphone ? Compact.
- Le bras de Bradley? La direction de Steven.
- Viralité ? VIRALITÉ.

C’est évidemment le dernier point qui marque la grande différence entre les deux shoots : quand le portrait de 2007 relevait d’un petit gag parmi d’autres, le selfie de 2014 cristallise tout l’enjeu sociologique (rester moderne), médiatique (battre un record d’audience sur LE média benchmark du moment) et marketing (Samsung, sponsor du monde entier depuis 3 ans, 17 millions de dollars pour les Oscars, 3 millions pour les fondations caritatives d’Ellen) de notre époque.

C’est fou comme à 7 ans d’intervalle, le contexte socio-culturel change une même action.

Pensez à RT mon post, j’aimerai bien battre un record mondial sponsorisé.

Et parce que ça faisait longtemps.
Des bisous !

On se souhaite toujours plein de choses pour une nouvelle année.

Pour cette année du Serpent (d’Eau), j’ai personnellement une seule chose à vous souhaiter, celle que j’ai souhaité à la plupart des personnes avec qui j’échange ces derniers mois : prenez soin de vous. Ce n’est pas si facile, car cela demande de l’égoisme, du temps et une certaine discipline.

Des poutous mouillés et fourchus.

He’s right

24 Dec 2012 à 21:29 4 commentaires

gif : Capygames

J’adore faire des cadeaux
+ Pression sociale
+ Achats en masse
+ Acheteurs en masse
—————————————————-
= Je déteste faire des cadeaux de Noël

Je discutais hier avec un humoriste anonyme de la politique.

Je regardais hier les discours et campagnes de nos candidats : de l’extrême gauche à l’extrême droite, que c’est triste.

Je re-visionnais hier soir la fameuse joute entre John McCain et Barack Obama lors du Al Smith Dinner de 2008, en plein “second tour”…
Quel humour, quelle classe, quelle parenthèse enchantée au milieu d’une lutte sans merci.

Ici, John McCain :

Et Barack Obama :

Ce matin, je rêve que nos canditats aient un jour ce moment – et ce talent.

Oui, c’est aujourd’hui :

C’est la grande journée nationale du premier degré sur Internet, voici les preuves :

- Voici la page Facebook
- Voici la notice Google Docs
- Voici le hashtag Twitter

Vous voici donc convaincus de cette journée très frontale dans les réactions, coms’ et posts. Une journée à haut risque, un peu.

Pour participer à ma manière, je rends hommage à notre Président et son équipe de com’, apparemment grands amateurs de 2nd degré, puisqu’ils font fermer tous les comptes twitter parodiant celui d’El Sarko. Si, si, des reports très 1er degré, avec la collaboration très frontale de Twitter.

J’ai donc crée un compte twitter PARODIQUE, FAUX du président : Nicolas Sarkozie. J’espère de tout coeur pouvoir y publier des BLAGUES, des PARODIES, aptes à ne pas CONFUSER LES INTERNAUTES ENTRE LE FAUX ET LE VRAI.

image : Ma France Forte

Mais j’ai confiance. Car  figurez-vous que je me suis déjà permis de GENTILLEMENT moquer AU SECOND DEGRE notre Président sur ce blog :

- Une fan fiction sur sa vie sexuelle
- Une antisèche pour quand il rencontrera des gens importants
- Un making of de son e-G8

Et vous savez quoi ? Nicolas n’a jamais fait pression sur WordPress ou Oxalide pour fermer mon blog, qui, tout de même, pouvait prêter à confusion avec le site officiel de l’Elysée.

Alors, mon compte Nicolas Sarkozie survivra-t-il à la journée nationale du 1er degré sur Internet ? J’en suis certain. Ce serait bien trop ironique, sinon.

Oh, wait.

Beh oui.

Nous sommes le genre de couple à dire “on s’en fout de la Saint Valentin, on n’a pas besoin d’un jour spécial pour se montrer qu’on s’aime“.

C’est toujours vrai aujourd’hui. Mais maintenant que je suis avec ma chérie depuis plus de 3 ans, nous savons bien que la Passion sans entretien n’est plus aussi évidente. J’ai vu ces derniers temps que ses yeux disaient un peu moins “je t’aime” et un peu plus “je t’adore”. Vous connaissez la Douleur… Alors ces derniers temps, j’agis, je souffle sur la flamme.

Et alors cette année, je lui montre que je l’aime, le plus mainstream-ement du monde. En prenant notre devise à rebrousse-poil : chérie, je t’aime et j’ai passé la soirée à chercher en secret des DIY super Pinterest friendly, puis la nuit à faire le découpage et le collage (et je suis nul en travaux manuels) de cette carte de Saint-Valentin :

Je me sens très fier et très ridicule en même temps. Parce que je ferais tout pour toi. Même la fête des voisins.

Joyeuse Saint-Valentin

Dragon Age

23 Jan 2012 à 12:11 22 commentaires

Après un festin familial qui a duré jusque 2h00 cette nuit, je trouve la force de brandir mon li xi pour vous souhaiter chúc mừng năm mới. Profitez bien de votre semaine, spécialement des Dragons (de bois d’eau), dont les évènements marqueront toute votre année.