archives

Ça parle clairement de Geek

Aujourd’hui est le dernier jour de l’ESWC 2013, la grosse compétition de jeux vidéo(s*) à laquelle je participe en tant qu’animateur / commentateur depuis 10 ans maintenant.

Une grosse passion pour l’Esport, qui ne cesse de grandir, tout en restant assez obscure pour beaucoup de monde. Regardez DotA 2, par exemple. Je vais commenter les finales cet après-midi à 15h00 et je sais déjà que le jargon employé pourrait gérer des heures de Kamoulox à tout ceux qui ne connaissent pas (bien) ce grand jeu, aussi fou que complexe.

L’approche ici consiste à se lâcher totalement et emmener le spectateur avec de l’extra verbal : ton, humour, rythme etc. sans essayer de tout expliquer ou défricher de manière systématique. La curiosité des gens est à mon sens plus aiguisée un enjeu et des émotions que par une approche 100% pédagogique.

Cet après-midi, si vous me regardez streamer DotA donc, vous ne comprendrez pas tout mais vous vous amuserez certainement (à ne pas tout comprendre).

Hop, le lien vers le stream de l’ESWC :

LIVE ESWC Main Stage (Français) by ESWC

…………………………

En parallèle et Vendredi dernier, je suis passé dans l’émission “C à vous“, pour justement parler jeux vidéo et Esport. Dans une émission très grand public et axé parents, on sait que l’on arrive immédiatement en terrain non conquis, entre ceux qui méprisent, ceux qui ont peur et ceux qui ne connaissent la chose.

Comme prévu, la question a surtout été de savoir si les jeux vidéo n’allait pas abrutir les enfants sans le meilleur des cas, les blesser mentalement dans le pire.

A une époque, je me serai emporté, livré moult contre-exemples et études, fustigé la la confusion entre crainte et ignorance. J’aurai trollé sec, en suivant consciencieusement le Guide d’Autodéfense du Jeu Vidéo que j’avais établi pour le Journal du Geek.

Mais aller au front de manière frontale n’est satisfaisant qu’individuellement. Le débat lui-même n’avance pas et chaque partie reste souvent sur ses positions, renforcées par celles d’en face. Du coup, j’ai décidé d’y aller doucement, de rester positif, dans le bon compromis, la métaphore douce.

Ca dure 2 minutes et c’est ici à partir de 4mn 40s :

…………………………

Je garde bien en tête que ce genre d’intervention reste rapide, que le message est passé de manière assez légère et très partielle, mais c’est déjà cela.

En attendant et dès 15h00 sur le stream ESWC, C’EST SMOKE GANK JUNGLE SUR LE CARRY POUR CLAIM LA T1 TOP, SPLIT PUSH ET GO ROSH’ !!1!

(* bisous Netsabes)

Tout de suite, spéciale dédi à mes Bestah BFF :

(hypra gracias au meilleur loltoshoppeur de l’Ouest, Nekoto, pour cette créa Skyblog compliant !)

…………………………

Et oui, cette émission est placée sous le signe de l’adolescence ! #generationigrec

 

Et oui, elle se récupère sur iTunes par ici ou Soundcloud par là (stream et téléchargement)

Mais comme notre photo ne le montre pas, nous allons nous intéresser aux adolescents dans la société numérique sans nous en moquer facilement (sauf Daz).

Nous allons en effet vous expliquer pourquoi ces djeunz sont surtout des curateurs, des modèles et même des adultes, pour nous adultes.

- Sylvain, qui aime toujours se perdre sur les Internets, vous expliquera comment les ados découvrent, défrichent, détournent les sites et réseaux sociaux. Pour qu’au final, leurs usages et approches deviennent les nôtres.

- Melissa s’interroge : et si la majorité arrivait à 11 ans, avec le premier accès au net, via ordinateur ou premier smartphone ? Ces derniers sont les sésames vers un monde à pied d’égalité avec les adultes.

- Fibre Tigre dit tout haut ce que nous n’osons penser très fort : avec le net, nous sommes tous devenus des ados, entre haters, trolls, attention whores et drama queens.

Daz quand à lui tapera sur… Nos parents. Avec une chronique type “Famille de France”, mais pour mettre en garde nos innocents parents, véritables noobs du web, des dangers de ce dernier.

Bonne écoute !

…………………………

En bonus de cette émission, vous retrouverez dans notre F.A.Q de nombreux témoignages recueillis lors de la Soirée 404, témoignages de nos auditeurs sur leurs premières fois sur Internet : porn, piratage, 56k, drague et autres vidéos qui (.)ram

Coulisses :

Cette émission a également été enregistrée chez notre réalisateur Ghislain, d’où le rendu son un peu différent de d’habitude (coucou Mélissa).

Fibre avait vraiment très envie de se retenir de taper sur la table.

Des bisous les bestah !

Abonnez-vous au podcast Studio 404 sur iTunes
Ecoutez / téléchargez Studio 404 sur Sound Cloud
+ Studio 404 : le skyblog officiel, le Twitter et le Facebook

Tinder surprise

20 Sep 2013 à 12:45 16 commentaires

Pour retrouver un peu du thrill des mes amis célibataires – ou pour assouvir des pulsions homosexuelles, j’aime bien draguer des mecs sur les apps de rencontre de mes collègues.

Après le compte Grindr de mon développeur, j’ai pris possession du compte Tinder de ma commerciale. Nouvelle coqueluche des réseaux de rencontre mobiles, Tinder a réussi là où beaucoup on échoué : filtrer.

En gros, on ne peut que “liker” ou “pas liker” un profil. Et basta. Si et seulement si la personne que vous avez likée en a fait de même à votre encontre, un “match” se crée et vous pouvez commencer à discuter. Si la personne ne vous like pas, elle ne saura jamais que vous l’avez likée.

Dans les fait, on obtient une expérience très rapide, sans douleur et totalement protégée du spam et de certaines communautés dont l’extrême activité noie rapidement un réseau.

Bref. Je vous parlais de Tinder surtout pour vous partager ces deux matches bien sympathiques.

Le premier est un “prof de philo et de dessin”, qui a matché avec moi (enfin, le compte et les photos de ma commerciale). J’ai annoncé que j’allais le hooker de manière totale, juste en faisant des jeux de mots à base de noms de philosophes célèbres : la victoire est totale, le lol aussi.

(la suite de ce post dans “la suite”)

Lire le reste de cet article »

I love this game

12 Aug 2013 à 6:27 10 commentaires

Il est 6 heures du matin. La 3e édition du tournoi “The International” se termine. Le plus grand tournoi au monde de Dota 2.

Si vous connaissez le jeu, jetez vous sur les replays et les VODs, cette finale est déjà légendaire.

Si vous ne connaissez pas ce jeu avec lequel je vous bassine depuis des années, mettez-y vous maintenant.

J’ai envie de debrief les actions de folie sur 24 posts, mais je vais juste ouvrir ma fenêtre et hurler seul dans la nuit française.

PUTAIN DE JEU, PUTAIN DE JOUEURS

Watch live video from dota2ti on www.twitch.tv

L’émission qui analyse, témoigne et rigole de notre société numérique ? Boum, voici Studio 404, 8e édition !

De gauche à droite : Fibre Tigre, moi, Sylvain, Melissa, Al (l’une des deux voix de l’émission), Daz et Ghislain

…………………………

Au programme de ce mois de Mai (dispo ici sur iTunes et ici sur SoundCloud), voici les 4 sujets de notre 4 chroniqueurs. (Spoiler : nous avons beaucoup ri)

Sylvain s’interroge sur ce drôle de paradoxe : pourquoi les sites que aimons tous sont-ils si laids, quand nous sommes obsédés par les apps mobiles futiles, mais trop jolies ?

Daz raconte comment le (logiciel) Libre s’est fait friendzoner par le grand public (et le moins grand public). Trolling ensues.

Melissa, toujours amoureuse de son métier de journaliste web, explique à quel point l’obsession du référencement fait raconter aux médias n’importe quoi et surtout n’importe comment.

Fibre Tigre lance la “Génération S.A.V”, celle qui se retrouve obligée de répondre, d’expliquer, d’assurer un suivi client de tout le contenu qu’ils postent. Surtout lorsque ce dernier entraîne un “Communication Faux-Pas”…

Bonne écoute !

…………………………

Et vous l’aurez bien sûr compris : le 20 Juin, notre seconde Soirée 404 fêtera l’anniversaire de Fibre Tigre. Plus de détails à venir, mais en attendant, réservez votre soirée… Des poutous !

…………………………

Abonnez-vous au podcast Studio 404 sur iTunes

Ecoutez / téléchargez Studio 404 sur Sound Cloud

+ Studio 404 : le skyblog officiel, le Twitter et le Facebook

Le plaisir. Les plaisirs.

Si j’étais un jeune, je dirais que cette 7e émission de Studio 404 (dispo ici sur iTunes et ici sur SoundCloud) est placée sous le signe du kiff.

Mélissa, moi, Sylvain, Ghislain, Fibre, Daz : Une équipe qui kiff.

…………………………

COMMUNICATION PARTOUT, COMPREHENSION NULLE PART

La thématique déjà, qui me tenait très à coeur, traite de notre époque qui n’a jamais autant communiqué à l’ère du numérique, mais cherche toujours à mieux se comprendre. Promis, c’est beaucoup marrant à écouter qu’à lire comme ça.

Au programme, vos 4 chroniques par vos 4 chroniqueurs :

1. “La vraie beauté du langage SMS“, c’est la chronique Melissa qui choquera méthodiquement les plus grammar nazis d’entre vous.

2. “Le troll, cette créature du net aussi insupportable qu’indispensable” affirme Daz, à l’aide de moult lol et métaphores épiques

3. “Pourquoi la vidéo à foiré en tant que moyen de communication ?” s’interroge Sylvain, qui appuye sa théorie sur la Côté d’Azur et Loic le Meur

4. “Bienvenue dans l’ère de la communication par le clic” prophétise Fibre Tigre, pour qui un “like” et un follower valent plus que 1000 mots.

…………………………

BONUS : VOUS

Comme vous le savez, nous avons organisé notre première soirée 404 au début du mois, un vrai succès.

Une question = un gros malaise

Sur place, nous avions installé un petit studio d’enregistrement pour recueillir vos réponses à nos fameuses F.A.Q. Au programme :

- vous nous avouez quels sont les twittos/twittas qui vous excitent le plus

- vous défendez votre animal totem des Internets (la loutre !)

- vous citez votre technique favorite pour draguer / stalker

- vous vous mettez dans la peau de votre chroniqueur 404 favori

…………………………

ON ECOUTE !

…………………………

En espérant que vous aurez apprécié cette 7e émission et en remerciant tous les auditeurs qui ont gentillement répondu à nos questions tordues et notre réal’ Ghislain pour le boulot fou de dérushage / montage.

Jvou fé d kiss lol :))

…………………………

Vous abonner au podcast Studio 404 sur iTunes

Ecouter / télécharger Studio 404 sur Sound Cloud

+ Studio 404 : le skyblog officiel, le Twitter et le Facebook

Tu découvres Internet.

Tu découvres des Internautes qui postent des liens marrants, choquants, étranges.

Tu adores, tu les suis de plus en plus assidûment.

Tu relayes leurs liens, ajoute les tiens. Ils sont tes mentors.

Un jour, tu te rends compte que tu es parfois plus rapide qu’eux à dégoter, partager.

Tu es un peu déçu : ils ne sont pas si forts que cela.

Tu commences à leur balancer des “#old !“. Tu as tué le Père.

Plus frais, plus motivé, tu deviens un link dealer alpha, lui-même suivi et apprécié.

Un jour, un de tes liens se fait sanctionner par un “#old !” d’un de tes followers, follower que tu pensais pourtant fidèle – et un peu admiratif.

Tu es un peu choqué, mais mince, tu n’as pas que cela à faire de tes journée, non plus.

Tu prends du recul, décide de dealer du lien à ton rythme, de laisser d’autres faire la course au first.

Tu repenses à tes mentors d’alors.

Tu découvres le cycle de la vie d’Internet.

Hop hop,

Voici le 6e numéro de Studio 404, l’émission de société numérique !

Au programme des réjouissances de ce numéro, mes 4 chroniqueurs, 4 sujets et de la bonne humeur :

- “Comment est-on passés de pirates à payeurs ?” De manière soyeuse, répond Daz

- “Les attention whores, c’est peut-être vous” prévient Fibre Tigre – qui en est une sacrée lui-même

- “Google Glass, connecté partout, intimité nulle part” se demande Misspress, face aux lunettes de Pandore

- “Ces statistiques qui dirigent nos vies“, dont celle de Sylvain, qui cherche à en revenir

Comme d’habitude cette émission, qui n’a pas besoin des serveurs EA pour fonctionner, se récupère par là :

Vous abonner au podcast Studio 404 sur iTunes

Ecouter / télécharger Studio 404 sur Sound Cloud

 

Et tout de suite, en cliquant ici :

…………………………

…………………………

Et bonus : la Soirée 404 !

Comme nous l’a fait remarquer notre réalisateur Ghislain (qui apprend la culture geek à la vitesse de la lumière), le 4 Avril, ce sera le 4/04. Ca nous a tellement fait hurler de rire que nous avons décidé d’organiser une Soirée 404.

Ce sera l’occasion de vous rencontrer et de boire avec vous à la bonne franquette, à l’ancienne, à la bien tu vois.

Pas plus de détails pour le moment, par sens du teasing, mais aussi par absence total de début d’organisation de notre part. Suivez nos comptes skyblog officielTwitter et Facebook pour vous tenir au courant.

Jeudi 4 Avril.

4/04.

404.

Soirée 404.

Et on fera des Hover Hand à la soirée 404 !

En attendant, bonne écoute

…………………………

Vous abonner au podcast Studio 404 sur iTunes

Ecouter / télécharger Studio 404 sur Sound Cloud

+ Studio 404 : le skyblog officiel, le Twitter et le Facebook

Fail de la nouvelle console Sony, fail de la nouvelle couv’ Haarper… Désolé, je n’ai pas pu m’en empêcher.

Entre les stars qui deviennent chaque jour un peu plus lisses et un média qui fantasme chaque jour un peu plus sur les rides, la croisée des chemins s’appelle Uncanny Valley.

On y rit beaucoup – et on frissonne un peu.

+ Ma chronique sur le sujet

 

 

J’ai arrêté d’être un journaliste jeu vidéo l’année dernière, après plus de 13 ans de bons et loyaux services.

Plusieurs raisons liées à mon employeur (Technikart), mais surtout parce qu’après des années, je me suis rendu compte que je n’avais plus rien d’intéressant à raconter. Le jeu vidéo en tant qu’industrie, en tant qu’histoire humaine, en tant qu’art, semble déjà tourner en rond.

Oh, vous pourrez bien sûr me citer des exceptions, des créateurs fous, des jeux frais, des business models novateurs. Mais à la fin, cela reste globalement une industrie d’anonymes, de Technologie qui prime, de recettes incrémentales. J’exagère le propos, mais je le pense.

Lorsque je regarde la présentation de la PlayStation 4 de cette nuit, mais aussi lorsque je regarde Kojima, lorsque je regarde la présentation de la PlayStation 3, lorsque je regarde Activision, la Wii U, la 3DS, la Vita, les charts, les exactes mêmes phrases chocs à chaque nouvelle génération de consoles, pff. Cela ne me manque pas de ne plus les chroniquer. En tant que journaliste, on tourne autour du même modus operanti : bon ok, la version actuelle (de la console, du jeu) était au final une évolution, mais la prochaine version sera une révolution. Promis.”

Je n’aime plus l’industrie du jeu vidéo, mais j’aime toujours le jeu vidéo, que ce soit Temple Run, DotA ou Street Fighter, sans compter les bonnes surprises. Je prends du plaisir à jouer aux jeux vidéo, j’en reste un observateur averti et passionné. Mais j’ai grandi en pensant qu’il révolutionnerait tout. Le jeu vidéo s’est juste rangé bien sagement dans le jupes et les modèles des autres industries culturelles, reconnaissance et puissance des artistes en moins.

Le jeu vidéo devait être le nouveau rock’n roll, il est juste super amusant. Il faut faire le deuil de nos discours et de nos rêves : plus nous espérons du jeu vidéo et de ses acteurs, plus nous serons déçus. Fermons donc nos grandes gueules et contentons-nous de ce que nous avons en tant que consommateurs : une simple et bonne source d’amusement.

Arrêtons de rêver, recommençons à jouer.