archives

Ça parle clairement de bercy

Hier, j’ai été voir deux rappeurs.

L’un avec de grosses lèvres, l’autre avec de grosses joues, l’un avec le meilleur flow du hip hop, l’autre les prods qui l’ont révolutionné. Deux noirs à Paris, pour deux dates annoncées comme mémorables.

J’y étais pour la seconde (merci Romain), j’en suis ressorti avec l’envie de résumer le concert en 11 images prises sur place :

Lire le reste de cet article »

Samedi soir au vernissage de l’expo de Rémi, j’ai rencontré une danseuse de Hip-Hop qui revenait des qualifications du Juste Debout 2011, une énorme compétition de danses urbaines à Bercy.

Hier soir du coup, soirée fans de danse, pendus au stream de CanalStreet.tv avec ma chérie (modern jazz), ma soeur (modern jazz), mon frère (qui a voulu devenir danseur un jour), sa chérie (rien “15 ans de tous les styles “et que même j’étais dans des troupes et que j’ai fait des spectacles, alors tu corriges ton post !”) et moi (euh, j’allais beaucoup en boîte), nous avons suivi les différentes finales avec en points d’orgue persos, la House Dance et le Hip Hop New Style.

Le premier car j’ai débuté des cours de House Dance la semaine dernière, après des années à avoir fréquenté puis déserté les soirées Cheers. (Autant vous dire que j’ai sué tout en galérant grave)

Le second car je voulais voir ce qu’avaient préparé Larry et Laurent Bourgeois aka les Twins, ces jumeaux français hallucinants qui calment tout le monde un peu partout où ils passent.

…………………………

Bilan : hors Locking, toutes les compets’ se sont révélées assez moyennes à mes yeux de néophyte.
Et en Hip Hop ? Les Twins on tout tué. Et on gagné au passage 3 nouvelles groupies (ma chérie, ma soeur et la chérie de mon frère, donc) qui poussaient moult soupirs à chaque moves d’extra-terrestres qu’ils dégainaient. Et bientôt plus, quand vous aurez vu la vidéo (cliquez sur l’image) :

juste-debout-2011-twins

Update : la demie-finale contre les américains, avec bien plus d’ambiance et de bonne chauffe (merci Olivier K)

Trop bons, voilà du rab’ :

…………………………

Et comme toutes les soirées qui vous laissent admiratifs et enthousiastes, nous avons (tenté d’imiter les pas et) enchaîné sur Youtube pour mater des génies du genre, comme les crews coréens de Prepix ou californiens Jabbawockeez :

Et puis ensuite, repus de pas, tes invités rentrent, ta chérie s’écroule au lit et toi, seul dans la nuit, tu sors de ta douche et tu tentes tout nu dans ton coin une petite phase à la Step Up. Et t’es ridicule. Alors tu te contentes d’écrire, c’est déjà pas mal.

J’ai souvent un rituel lorsque je passe une nuit dans une chambre d’hôtel le temps d’un Press Tour : celui de virer toute source possible de lumière, même et surtout les leds. Je débranche donc méthodiquement les télés, réveils, contrôleurs de clim’, colle l’entre-deux rideaux avec le fauteuil et place mon Macbook Pro sous le lit.

Noir com-plet, je ne suis alors plus loin de chez moi : Je suis nulle part. Et alors, je suis bien.

//ALICIA KEYS, MAIS SURTOUT

C’est actuellement chose faite et alors que j’écris et msnise en ce moment dans le noir complet, je repense à ce moment aussi beau et bref qu’une étincelle. C’était pendant le concert un peu décevant d’Alicia Key, jeudi dernier (merci pour les places Mopiko).

Et donc, ce moment précis :

alicia keys live bercy
Là.
.
.
.
… Et puis, la routine reprend. Tableaux, final, rappel, fin, cris, fiou.

alicia keys live bercy
A woman’s worth lalala etc.

Quoi, vous n’avez rien vu ? Mais si, quoi, là, au milieu !
.
.
.

… Pff, vous me décevez. On revoit la scène au ralenti. Nina, envoie un focus satellite.

alicia keys live bercy
Là !

Bon, vous voyez le point orangé, un peu flou car vascillant ? Oui, c’est une flamme. Mais il faut tout vous dire ce soir, rhaa.

//PORTEUR DE FLAMME

Donc, dans le concert, soudain, voici la flamme d’un briquet. Seule. Seule dans le noir et seule dans la marée de téléphones portables et d’appareils photo numériques. Un petit point orange se déhanchant parmi la constance des cadres de lumières blanches.

Je regarde fixement ce symbole, tellement XXe siècle, de la communion entre un artiste et son public. Elle s’éteint régulièrement, mais est patiemment rallumée par une main habituée. J’admire le porteur de la flamme.

Car elle est devenue tellement rare : aujourd’hui, toujours moins de monde fume mais tout le monde phone. Logique donc que les téléphones aient remplacé les briquets dans les mains du public. En plus, c’est plus facile d’appuyer sur une touche pour rallumer son écran que de se crâmer progressivement le pouce sur la roulette capricieuse d’un briquet.

//DAFT vs POUJADE

Ne vous méprenez point : je ne me laisse pas aller à une ôde poujadiste à base de “c’était mieux avant“. J’adore le rendu des téléphones : plus nombreux, plus lumineux, s’agitant sans peine, ils offrent à l’obscurité d’une grande salle un air de caverne remplie de minéraux précieux.

Le dernier concert de Daft Punk a ainsi été un moment unique abritant lui-même un instant unique, lorsque tout le monde a agité comme d’une seul homme son portable pour le Rappel. Un océan de cellules de vie en mouvement coordonné.
Etant progressiste de nature, je repense souvent à ce moment dantesque pour contrer les fêlons partisans de la théorie “technologie = mort de la poésie“. Mais revenons à la petite flamme.

//CAN’T TAKE MY EYES OF YOU

Elle s’agite, disparaît, rejaillit, tangue, se montre inconstante, m’envoûte. Accessoirement, elle me permet aussi de passer au travers de la partie la plus laborieuse du concert, une sorte de remake poussif du Velvet Rope Tour de Janet Jackson.
Sa fragilité et son inexactitude hypnotiques m’auront fait sortir de l’expérience collective, le temps de me reconnecter au concert à l’instant précis où Jermaine Paul rejoint Alicia et s’apprête à ravager Bercy sur “Diary“, le meilleur moment du concert – et un morcau de bravoure de duo Soul.


Et à Bercy, ils l’ont réinterprétée à Puissance 10.

//KERZE, BITTE ?
Alors voilà : Maintenant, j’écoute la chanson en boucle (et en choeur) et je veux m’endormir avec une bougie, dans le noir complet de la chambre 1621 de l’EventHotel Pyramide de Vienne, Autriche. Je cherche.
Et je viens d’appeler le Room Service sous un prétexte fallacieux : mais ils n’ont pas de bougies, nein.

T’aurais pas du feu ?

Un peu de repos pour penser le concert, la performance de Daft Punk dans son entier.

Déjà, matter cette vidéo :

Ensuite, lire la suite – et voyager dans le temps.
Lire le reste de cet article »