archives

Ça parle clairement de street club

Ca, c’était hier :

(photo : James “Camel Taunt Cammy” Cao)

Aka le Street Club de Noël. 35 furieux du stick arcade en train de se mettre des patates et de s’envoyer des insultes sous la ceinture.

Début du championnat : 20h30. Fin de la remontée en deux manches gagnantes : 5h00 du mat’. Plus de 8 heures à respecter notre code : “On mange mal, on parle mal, on joue mal“. Et ajouter “on offre mal“, avec des cadeaux de Noël en mode Secret Santa + smartbox du troll.
Merci Gooks (en bas à gauche) pour le host de qualitay et la Makoto de la rage. Merci à tout le monde pour la dose de dose !

…………………………

Et je tape ce post en devant me lever, car cet aprèm, j’organise le FIBRE : le tournoi FIFA 13 + Brunch. Dans le même esprit : On va mal jouer, mal parler, mais on va pas mal manger.

Update : voici la tête des winners après les doubles doubles phases de poule !

…………………………

Oui, c’est un gros Dimanche de gaming et la semaine prochaine, c’est rebelote avec deux jours de LAN DotA 2 à se ganker dans les bois, rager sur les noobs et trash talker du russe.

La vie de no-life, la vraie

(merci de tous vos messages)

(parlons de quelque chose d’heureux).

Le Street Club.

C’est à la base des soirées Street Fighter que j’organisai chez moi avec des potes et des inconnus motivés pour respecter l’épuisant code d’honneur :

- On mange mal

- On parle mal

- On joue sale (3e règle arrivée naturellement après deux heures de dose)

Le Street Club s’est mué avec le temps en un énorme groupe de gamers grandes gueules, des amis soudés et je suis passé de fondateur à membre actif. C’est toujours chouette de voir une entité t’échapper et devenir plus grosse que toi.

Mais trêves de nostalgie. Depuis 3 ans, James filme les soirées. Et ne fait rien de ses rushes. A tel point que le film du Street Club est devenu une arlésienne et – vous vous en doutez – un féroce sujet de vannes. Sauf que le film est sorti.

Je viens de le matter en riant très fort, avec parfois des yeux un peu humides.

Je vous préviens, il y a un côté “film entre potes que si tu n’en n’es pas tu peux pas comprendre”. C’est aussi la plus longue vidéo de Street Fighter qui en plus, ne montre presque pas le jeu, mais que les joueurs.
Normal, vous ne découvrirez pas les top players mondiaux, mais bien la passion de gamers lambdas, du sac au potentiel top FR, qui aiment autant taper que vanner.

Enjoy :

Je profite de la conjoncture politico-économique tendue pour (dire “osef” et) vous présenter mon tout dernier joujou : le Stickless, un Stick  Arcade… Sans Stick.

Lire le reste de cet article »

J’ai déménagé. Je n’ai pas eu le temps d’en organiser un dernier, mais à la demande d’un des historiques du Street Club :

street-club-was-here01

street-club-was-here02

street-club-was-here03

street-club-was-here04

street-club-was-here05

street-club-was-here06

street-club-was-here07

Des bisous les loulous, je vous défonce avec Oni très vite.

Post it to Ultra

15 Mar 2011 à 0:32 18 commentaires

streetclub-50-danisen-1

streetclub-50-danisen-3

50e édition du Street Club, nous en avons profité pour :

- bouger trèeeees discrètement les affaires de mes colocs’ de bureau
- poutrer les arlésiennes que sont isman et pipo
- écouter Gooks et kwyxz rager d’avance sur leurs persos low tiers, à croire qu’ils “main” des excuses
- abuser des rookies (matyeu, vianney) pour grinder, hein Pipo et Daz
- voir la Cao family au complet, et Jin qui tente déjà les P-Links
- manger une belle tarte aux fraises apportée par Abdou qui ignore les coutumes de malbouffe du club
- confirmer pour la ènième fois à quel point Rufus est 0% skill – 100% fat, quoi, merde Khao et Valentin
- ne pas jouer une seconde à Marvel vs Capcom 3

et donc, inaugurer un nouveau système, le Danisen. Si vous ignorez ce que c’est, je laisse l’auteur l’architecte du gros tableau post-it tout bien expliquer dans les commentaires.

Des bisous, la prochaine fois on parlera de sticks arcade – sans stick.

streetclub-50-danisen-4

streetclub-50-danisen-5

streetclub-50-danisen-6

streetclub-50-danisen-8

streetclub-50-danisen-9

Week end au vert

26 Feb 2011 à 17:33 28 commentaires

mass-arcad-stick-1

marly-lan--3

marly-lan--2

marly-lan--5

marly-lan--4

marly-lan--6

Fumée nocturne

21 Jan 2011 à 5:00 21 commentaires

Depuis une semaine, je suis retombée. Dans mes eaux : 4, 5 heures du matin.

Le noctambulisme, c’est comme la clope (je ne fume pas, mais on me le dit souvent) : On peut arrêter des années et il suffit d’une taffe pour recommencer comme ça, sans s’en rendre compte.

L’un de mes objectifs ces derniers mois, c’est de me coucher tôt. Enfin, plus tôt. Genre 2h30, cela me paraît bien. Je vais au lit à reculons mais j’ai ma motivation.

Cette semaine que je traverse avec des yeux de pandas, je ne l’explique pas. Pas plus d’excuses que d’habitude. C’est juste la nuit. Comme la clope : on n’oublie pas le geste.

Considérons donc cette semaine comme la première taffe ensuite, on ne reprend pas. Enfin, sauf demain,  parce qu’il y a nuit blanche Street Fighter (Arcade Street + Street Club) avec le crew de sacs qui ne respectent pas plus que moi les canons du bon sommeil.

arcade-street-ddr

Vivement que le gouvernement impose sur les horloges des “Veiller tue”.

Le phénomène de gueule de bois s’explique paraît-il par l’envie du corps pour de l’alcool. Etrange, après en avoir ingurgité un peu trop la veille.

Pour le jeu vidéo, c’est pareil. Absolument ruiné hier toute la journée, j’avais quand même envie de bosser quelques combos de Super Street Fighter et de matter des shoutcasts de Starcraft II.
Tout cela après une nuit de jeu bien dense avec tout le Street Club et des potes. Nuit évidemment trop courte, la faute à ce satané beau temps qui vous maintient dehors, pff, c’est nul la nature.

Vite, la prochaine.

(instant namedropping)

Big up à PoMM3 le Bachelor du 78 pour son host de qualité top tier, et aux participants :

Ju, Christel et Mel “Aidez-moi !” Perol, les reines de la machette dans Left 4 Dead 2
Dopple notre rageux à barbe qui veut brûler la Terre dès qu’il perd une seule Banshee
Nekkoto, toujours notre source number 1 de bruit
Daz l’homme aux 30 bouteilles de panaché qui chourre toutes les chips Tyrrells après les avoir critiqué
Anh à qui on fêté l’anniversaire comme des ninjas
ElGooki roi de SFIV avec des règles de merde (no coups spéciaux, focus only, choppes only)
Bastien Vivès que j’ai encore loupé alors que je voulais un autographe sur mes seins
James et son AR Drone du pif
Jin, fils de Christel et James, 3 mois et première LAN
LXC, le défenseur de l’école “Starcraft au trackpad”
isman, le père de tous les lamers du net, pas mal à la hauteur en vrai
dotsMarc, prévisible, qui a gagné à tout calmement (sauf à Left 4 dead)
Cafeine, prévisible, arrivé bien tard, qui a passé sa soirée a refiler du minerai à Khao et moi
Vintus, bourré dès 23h30
Franck et sa tour PC qui ferait passer un climatiseur pour une Nintendo DS
Frawd qui enchaînait les frags comme…
Biscotte, la chienne de PoMM3, enchainait les vols de merguez et de tranches de porcs dont celle de…
EK qui a dû manger la sienne, préalablement lêchée par Biscotte
Spank, resté fidèle à Street jusque Dimanche matin
Pio, frère de Anh, qui aime te placer des links just frame et des drops marines / tanks bien vicelards
Khao, qui ne peut jouer qu’avec un clavier qwerty mécanique sans pavé numérique et la sauce à part, thx
Shai qui a visiblement réussi à effacer son tampon à l’encre de Chine sur le front de l’autre soirée
GFX, prévisible, qui est parti trop tôt
Thomahawkk et son frère qui ont ramené une Super Nintendo et Contra

Et les invités surprises dont j’ai oublié le nom.

Update : la vidéo hautement épique de James est enfin up o//

Wink wink

9 Feb 2010 à 16:04 34 commentaires

Journée tendue là, je galère sous la neige pour aller à la poste, j’ai oublié l’avis de passage, j’y retourne, je ne comprends rien au backoffice Magento, j’ai froid aux pieds, je sais que je vais rentrer chez moi alors qu’il n’y a plus de net, bref, je suis frustration.

Mais j’ai un moyen infaillible pour me calmer et positiver : en faisant encore plus rager les potes.

update : j’ai mis le post hors ligne, ça a mis un peu trop de bordel cette photo au final.

De retour du Street Club chez Khao (qui a quand même transformé son appart’ en salle d’arcade), qui inaugure un bon week end de nerd : Mini LAN Party demain dans mon salon, myriade de jeux à terminer, vieux PC à réviser, lecture de Japan Arcade Mania.

Bah ouais, ma chérie est partie entre copines à Cologne, me voici donc seul, en mode pyjama / jeux vidéos, bien enfermé chez moi. Et qui c’est qui va être bien blanc lundiiiii ?

De toute façon, vu le ciel gris / blanc et le froid de Novembre, nos visages glissent tous sur la pente menant au blafardisme total, ça va être Twilight à l’échelle nationale (lecteurs vivant au Soleil, je vous merde d’avance, n’essayez même pas de commenter).

ON EST PALES.

ON A UNE SALE MINE.

VITE, UNE DOSE D’ORANGE LOVE !

Ceux qui me suivent sur Twitter se rappellent de ce lien magique d’il y a quelques mois : B4-4, le boys band canadien orangesque, toujours aussi efficace pour nous redonner des couleurs.

C’est dingue ce qu’un body painting à la poterie peut vous changer un jeune homme, hein. Parce quand on regarde ce que sont devenus les deux jumeaux de ce trio magique, on dit “ah, ouais, quand même“.

Beh, je vous ai cassé le moral, là, vous vouliez du teint orange à souhait. Allez, je vous sauve votre week end avec la saga Pretty Boys (volume 1 et volume 2), qui, à l’instar des B4-4, a été généreusement ramené à ma mémoire par le dernier blog qui le fait (rire) : Pale is the new Tan.

Allez, je vais vite me coucher, je sens poindre un rayon de lumière naturelle aargh.